Isabelle Courrèges, élue vigneronne de l'année du Guide Hachette 2020, Dom. Pratavone (Corse)

Publié le 24-09-2019
Rapatrié d’Algérie, Jean Courrèges ne s’est pas installé dans la plaine orientale comme nombre de pied noirs, qui allaient y reconstituer une viticulture intensive, préférant établir son domaine dans l’arrière-pays montagneux d’Ajaccio, aux terroirs d’arènes granitiques. Forte d’un solide bagage œnologique, sa fille Isabelle l’a agrandi et modernisé. Elle obtient un nouveau coup de cœur dans la difficile année 2017. Entretien.

Comment votre famille est-elle arrivée dans la région d’Ajaccio ?

Mon père a retiré une impression décourageante de la côte orientale : pieds noirs et corses, deux communautés hostiles. Il a acheté alors avec son frère, en 1963, une maison de maître décatie au sud d’Ajaccio. Animé de l’esprit pionnier des rapatriés, il a défriché le maquis. Il avait du mal à vendre, mais quelle ardeur à planter et à vinifier ! D’abord des cépages communs, comme le cinsault, puis les variétés insulaires, promues par les pouvoirs publics pour restaurer la viticulture corse mise à mal par des scandales, à l’époque où naissaient les AOC corses (1976 pour ajaccio). Je le revoie rentrer tous les soirs, ses yeux bleus brillant dans une face noire de poussière ! Le bagne !

Et vous avez voulu devenir vigneronne ?

Mais non, toute la fratrie voulait devenir dentiste comme un ami de mon père qui vivait bien, alors que nous étions démunis… Mais à Montpellier, j’ai échoué en médecine. J’ai alors bifurqué vers l’œnologie, prolongé mon cursus universitaire à Bordeaux, puis en Champagne. Ensuite, j’ai joué les pigeons voyageurs, vinifiant en hiver en Afrique du Sud et en Australie, avant de rentrer définitivement au domaine en 1991, car la santé de mon père vacillait. J’ai modernisé la cuverie, avant d’investir dans un nouveau chai aménagé en 2012. J’ai porté la superficie du vignoble de 33 à 50 ha : 20 ha de sciaccarellu, cépage principal de l’AOC ajaccio en rouge et rosé, complété par les niellucciu, barbarossa, grenache et cinsault et, en blanc, par les vermentinu, biancu gentile et muscat. Nous vendangeons l’essentiel à la machine, la nuit.

Découvrez le vin Coup de Coeur du Domaine : ajaccio rouge Cuvée Tradition 2017 sélectionné par le Guide Hachette des Vins 2020 !

Voir le vin

Quels vins proposez-vous ? Beaucoup de rouges ?

Des ajaccio surtout. Pour une bonne moitié des volumes, des rosés, pratiquement inexistants du temps de mon père – même si les rouges peuvent dépasser la moitié, si les conditions de maturation sont favorables. J’aime traduire dans les rouges et les rosés la délicatesse féminine du sciacarellu qui, comme le pinot noir, donne des vins à la fois élégants et solides. Hélas, avec la canicule d’août 2017, j’ai perdu la moitié de ma récolte : blocages de maturité, peu de jus. J’ai tout de même sélectionné des parcelles pour le vin rouge, mais il y en aura peu… Quant aux blancs, ils m’intéressent de plus en plus.

Le Guide Premium

Le Guide Premium

Vous possédez la version PREMIUM du Guide ?

La boutique

Acheter les vins du guide

les vins du guide

Sélection 2020

Accéder à la boutique

La communauté

Suivez-nous pour recevoir l’actualité du vin et rester informé de tous nos bons plans.

un mot du vin

Nerveux

Se dit d'un vin marquant le palais par des caractères bien accusés et une pointe d'acidité, mais sans excès.